L’autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière ?

Une étude menée par 6t-bureau de recherche, en partenariat avec l’ADEME, sur les services d’autopartage en trace directe.

L’essentiel des offres d’autopartage propose un service en boucle (retour du véhicule à la station de départ) avec réservation obligatoire. Pour autant, de nombreuses collectivités s’interrogent aujourd’hui sur l’intérêt et l’impact d’une offre en libre-service (sans obligation de réserver la location ni de prévoir le temps de la location) et en trace directe (sans obligation de remettre le véhicule à la station de départ ni de payer le temps de stationnement).

Il est important d’avoir des éléments objectifs de mesure de l’impact de l’autopartage en trace directe. C’est pourquoi 6t a décidé de réaliser une recherche sur l’impact de l’autopartage en trace directe (le cas d’Autolib’).

Lancée en novembre 2013, cette enquête a été menée auprès de 1169 répondants (644 usagers du service Autolib’ et 525 usagers du service Mobizen). Les résultats de cette enquête révèlent que :

  • Autolib’ compte surtout des cadres supérieurs, mais attire aussi des étudiants ;​
  • Autolib’ est un substitut à la voiture personnelle sans la contrainte du stationnement;​​
  • Autolib’ est une solution jugée plus pratique que les transports en commun;
  • Les systèmes d’autopartage et la démotorisation
  • Autolib’ concurrence la voiture personnelle, mais aussi tous les autres modes de transport (deux-roues motorisés et taxis);​.

Pour accéder au rapport complet et à la synthèse de l’étude

Partagez cette publication :