Attirant, le télétravail n’est pas forcément écologique

La Tribune de Genève – Marc Moulin

Cet article fait référence à notre étude sur l’impact du télétravail sur les pratiques de mobilité et les modes de vie en Suisse romande, publiée en septembre 2020.

Vous y trouverez l’intervention de Sébastien Munafo, directeur de la filiale suisse de 6t-bureau de recherche qui a réalisé l’enquête.

➡ Retrouvez l’article dans son intégralité ici. 

« En tenant compte des effets pervers évoqués, l’étude de 6-t mise sur une réduction de 1,4% des kilomètres globaux parcourus en jour de semaine, de quoi diminuer de 0,8% nos émissions de CO2. C’est modeste: les actifs ne sont qu’une partie de la population et leurs trajets pendulaires ne sont pas leurs seuls déplacements. Le jeu en vaut toutefois la chandelle, selon Sébastien Munafò: « Je ne connais guère de mesure aussi facilement et rapidement réalisable qui réduise autant les gaz à effet de serre, relève-t-il. De plus, on atténuerait la pression sur les infrastructures, ce qui pourrait dispenser d’en bâtir de nouvelles.»

Partagez cette publication :