Péage urbain, quel enjeu ? [Emergences #3]

mariordo59_Flickers

À l’occasion du troisième dossier de la rubrique « Emergences » de la revue Ville, Rail et Transports de ce mois de mars 2014, les experts Francis Beaucire (géographe) et Gaële Lesteven (chargée d’études chez 6t) reviennent sur la problématique de la mise en place d’un péage urbain pour lutter contre la congestion urbaine, notamment du point de vue des enjeux d’efficacité et d’accessibilité. 

Francis Beaucire, dans son article « le péage urbain entre environnement, économie … et politique » s’interroge sur le bénéfice collectif et particulier de la mise en place d’un péage urbain:

D’une façon générale, le péage urbain ajoute une discrimination socioterritoriale de plus à toutes celles qui existent déjà. Pour quel bénéfice, si l’on peut dire, collectif et particulier ? L’économie nous apprend, sans être contredite, que le régulateur de l’offre et de la demande est le prix.

En l’occurrence ici, il s’agit du prix d’accès à des positions géographiques convoitées auxquelles tout le monde (la demande) ne peut accéder en même temps. Dans la pratique actuelle, sans péage de zone pour y pénétrer, c’est le temps passé qui en est le régulateur: il affecte tout le monde de la même façon, il est pesant, mais pas discriminant du point de vue social.

Tout le monde paye de sa personne. Pour accéder en allégeant le temps passé, il faut « surpayer » de sa personne: passer plus tôt ou plus tard. Ou se transférer d’un mode à un autre, de la voiture particulière aux transports collectifs dans la plupart des cas. (…)

Gaële Lesteven, quant à elle, examine dans son article « Le péage urbain: pour quoi faire ? » sur les éléments à prendre en compte pour favoriser l’acceptabilité et l’adoption d’un projet de péage urbain:

Théoriquement possible depuis 2010, le péage urbain n’a jamais encore été expérimenté en France. Pourtant, l’actualité politique le remet sur le devant de la scène. Tout d’abord, dans leur rapport de mars 2013, les sénateurs Mézart et Pointerau ont rappelé qu’il était l’un des « financements à mobiliser en période de tension des finances publiques » pour alimenter l’offre en transports publics. Puis, dans son rapport de juin dernier « Pour un schéma national de mobilité durable », la commission parlementaire Mobilité 21 a suggéré que dans le cadre des « réflexions engagées sur la manière de réduire les trafics en traversée de Lyon, […] soit notamment examinée la mise en place d’un péage urbain ». 

D’un point de vue économique, le péage urbain apparaît comme un outil efficace pour maîtriser le trafic automobile. Pourtant sa mise en application peut conduire à un refus de la population. Ce refus est d’autant plus complexe à analyser qu’il n’est pas systématique. (…)

 


Pour plus d’informations, le site de la revue Ville, Rail & Transports ou directement info@6t.fr

Partagez cette publication :