« Emergences », la nouvelle rubrique de la revue VRT ou comment penser les mobilités qui bougent

Depuis décembre 2013, 6t propose une nouvelle rubrique au sein de la revue Ville, Rail et Transports

Son nom ? Emergences.

Ses objectifs ? Permettre aux professionnels du transport de s’informer sur les dernières évolutions du monde de la mobilité. Chaque mois, des contributions d’experts (universitaires, chercheurs, consultants) viendront alimenter cette nouvelle rubrique :

Extraits des deux premiers articles de la rubrique

  • « Ingénérie: de la séduction » par Vincent Kaufmann

Nous allons parler de séduction… je m’explique !

Nous vivons dans des espaces urbains offrant très souvent du choix et des alternatives possibles en matière de localisation des activités et de moyens de transport et nous construisons nos modes de vie à partir de ces possibilités élargies, par des bricolages multiples et personnels.

Il est donc courant que des personnes de même revenu, habitant le même quartier, fréquentent des lieux spatialement très différents, utilisent des moyens de transport différents et ne se croisent donc pratiquement jamais.Du coup, pour qu’une offre soit adoptée par un public, il est dès lors nécessaire que celle-ci ait un pouvoir de séduction sur les usagers potentiels. Ce fait est nouveau, car les alternatives se sont multipliées et il nécessite une nouvelle approche de l’ingénierie.

En d’autres termes, la séduction devient centrale en ingénierie de la mobilité.

 

  • « On ne fait pas le bonheur à la place des gens … » par Nicolas Louvet

Ancrées dans leurs habitudes, pour ne pas dire dans leurs réflexes, les politiques visant le report modal font osciller des mesures en matière de nouvelles offres alternatives (lignes de transports collectifs supplémentaires, vélos en libre service, stations de covoiturage, voiture en libre service, etc.) et des mesures en matière de contraintes (restriction du stationnement, péage urbain, etc.).

C’est une alchimie nécessaire, mais, d’une part, elle s’avère de moins en moins évidente et, d’autre part, elle n’entraine pas toujours des impacts à la hauteur des moyens mis en œuvre.

Si elle l’a été un jour, la politique de la carotte et du bâton ne s’avère plus suffisante en matière de report modal. 

Partagez cette publication :