Entre le vécu et l’image des chantiers urbains : quelles solutions pour favoriser leur acceptabilité sociale ?

Photo-chantiers-Lille-0041

Dans son numéro 913 ( Juillet-Août 2013 ), la Revue Générale des Routes et de l’Aménagement a publié un dossier consacré au projet de recherche « FURET » de l’Agence Nationale de la Rechercche. Ce dernier, retenu par l’ANR au titre de son programme « Villes durables », proposait un travail de fond sur la question de la réduction de la gêne et des nuisances des chantiers.

Dans le but d’identifier les conditions d’acceptabilité des chantiers, une des missions confiées au bureau de recherche 6t par la Communauté Urbaine de Lille a été de réaliser une typologie des gênes et de la perception des chantiers à partir de terrains d’enquêteL’étude s’est construite autour des problématiques suivantes : comment les chantiers sont-ils vécus par les riverains ? Quelles perceptions en ont-ils ? Il s’agissait pour cette étude de faire une évaluation qualitative des gênes, d’identifier ce qui relève du ressenti, de la perception des chantiers par les riverains autrement dit, d’appréhender la problématique de l’acceptabilité sociale en matière de chantiers urbains. 

Si la tendance générale est de se mettre à la place de l’usager, on oublie trop souvent de l’interroger pour comprendre ses attentes.

Tel est l’objet de cette recherche : travailler sur l’usager avant de travailler pour l’usager

Pour plus de renseignements sur les résultats de cette étude : le lien vers le dossier RGRA 

Contact : info@6t.fr

Partagez cette publication :