Enquête nationale sur le covoiturage: le cas de Blablacar

Contexte de l’étude

Le nombre d’utilisateurs de la plateforme Blablacar progresse de manière très rapide et l’entreprise revendique 20 millions de membres dans le monde en 2015. Le covoiturage peut constituer une bonne alternative à l’autosolisme que ce soit pour des trajets occasionnels et de longue distance ou pour des trajets réguliers et locaux. Le développement du covoiturage pourrait donc jouer un rôle dans la transition vers une mobilité moins consommatrice d’énergie. Ainsi il est important de mieux appréhender cette pratique et d’obtenir des connaissances sur ses usages.

Le covoiturage, en optimisant l’utilisation de la voiture, est susceptible de contribuer au développement d’une mobilité durable :

  • Du point de vue économique, il permet de diminuer la part du budget des ménages consacrée à la mobilité, et en particulier, de réduire les dépenses consacrées à l’automobile, dans un contexte de pénurie énergétique et de hausse des prix des carburants. Le covoiturage est également une manière de mutualiser des ressources sans toutefois peser sur le budget de fonctionnement des collectivités.
  • Du point de vue social, le covoiturage est une manière de mutualiser les moyens, de valoriser la solidarité, de réduire la captivité des non-propriétaires de voitures, de favoriser les échanges entre les personnes. Il offre l’opportunité aux plus démunis de se déplacer à moindre coût.
  • Du point de vue environnemental, la promotion du covoiturage peut contribuer à la baisse des kilomètres parcourus en voiture, ce qui permettrait de réduire d’autant les consommations de carburants et les émissions qui y sont liées (polluants, particules fines, gaz à effet de serre, bruit…)

Cette étude, menée pour le compte de l’ADEME vise à la fois à:

  • Identifier les usagers : les usagers du covoiturage semblent plutôt jeunes (moins de 30 ans) et urbains. L’objectif est d’identifier les profils-socio-démographiques des usagers en 2015, et d’analyser leurs évolutions : constate-t-on une diffusion des pratiques du covoiturage au sein de la société
  • Comprendre les usages : le covoiturage semble être pratiqué occasionnellement pour des trajets longs. En 2015, les usages du covoiturage sont-ils plus réguliers ? Quels sont les principaux motifs de déplacement ? Quelles sont les fréquences d’usage ? Quelles ont été les évolutions majeures ces dernières années ?
  • Estimer les impacts : le covoiturage permet d’optimiser les usages de la voiture particulière et de maximiser son taux d’occupation. Quels sont les impacts de cette pratique sur les usages de la voiture particulière autosoliste? Le covoiturage ne peut se comprendre que par son articulation avec un bouquet d’offres de transport multimodales.

 

Pour en savoir plus

ADEME-6t-bureau de recherche. 2015. Enquête auprès des utilisateurs du covoiturage longue distance – Rapport final.  96 pages.


Crédit photo : Adrien Leguay

Une fiche projet est disponible

Partagez cette publication :