L’échappée belle du vélo en free-floating en France

50 000 VLS en station pour 34 villes françaises

Initiés par des expériences comme les Whites Bikes d’Amsterdam mis en place en 1966 par le mouvement Provo ou les « vélos jaunes » de La Rochelle en 1976, les systèmes de vélos en libre-service se développent véritablement en France depuis les années 2000. En 1998, avec ses Vélos à la carte, Rennes met en place le premier système de VLS informatisé, suivi du Vélo’v lyonnais en 2005. C’est à partir de cette date que se multiplient, à un rythme très rapide, les offres de VLS dans les villes françaises. Ainsi, en vingt ans, plus de trente agglomérations (34 actuellement) ont mis en place un système de vélos en libre-service, avec aujourd’hui un total de près de 50 000 VLS en station sur l’ensemble du territoire français.

 

15 000 VLS en free-floating pour 8 agglomérations 

Depuis octobre 2017, un nouveau type d’offre de VLS se développe, aussi bien à Paris que dans d’autres villes françaises. Des VLS sans stations ni bornes d’attache (en free-floating), accessibles n’importe où via une application, se sont ainsi multipliés dans l’espace urbain. Il y a aujourd’hui six opérateurs différents, dont quatre à Paris. Au total, sur l’ensemble des huit agglomérations où ils sont déployés, on dénombre actuellement plus de 15 000 VLS en free-floating, apparus en moins d’un an. Le vélo en free-floating constitue aujourd’hui 20 % de l’offre de vélos partagés en France

 

20 000 vélos partagés longue durée pour 25 agglomérations

Certaines villes proposent aussi des services de location de vélo de longue durée (jusqu’à un an), parfois couplée à un système de vélos en libre-service en station. Aujourd’hui, 25 agglomérations proposent des locations de longue durée, avec un total de plus de 20 000 vélos sur l’ensemble de la France.

 


Crédit photo : 6t-bureau de recherche, 2018

Partagez cette publication :