Enquête sur les utilisateurs, l’utilisation et les impacts de Cityscoot à Paris et en banlieue parisienne

Une étude réalisée par 6t-Bureau de recherche pour le compte de la société Cityscoot.

Contexte

Au cours des dernières années, les manières de se déplacer se sont fortement et rapidement diversifiées, dans les grandes métropoles et, notamment à Paris. Ces transformations ont en grande partie été portées par l’arrivée de nouvelles offres de mobilité partagée, en libre-service et sans station (en free-floating).
Le scooter, par son poids, sa taille et sa rapidité constitue un mode particulièrement adapté au milieu urbain. Il n’a alors pas échappé à la tendance relevée : en 2016, Cityscoot lance un service de scooters électriques partagés et en free-floating dans la capitale française.

Ce déploiement avait mené à la réalisation d’une enquête de 6t-Bureau de recherche auprès des premiers utilisateurs de Cityscoot en 2017.

3 ans après son lancement, le service Cityscoot a connu de nombreuses évolutions. À Paris, en avril 2019, 3900 scooters étaient à disposition de 124 000 inscrits, contre 1600 scooters pour 60 000 inscrits en 2017. Tandis que la couverture géographique du service a continué à s’étendre en proche banlieue de la capitale, Cityscoot s’est aussi développé à Nice, à Milan et à Rome.
Outre le développement du service en lui-même, des changements contextuels nombreux et conséquents, ont affecté le secteur de la mobilité à Paris entre 2017 et 2019, avec la disparition d’Autolib’, l’essor et le déclin des vélos en free-floating, les problèmes de disponibilité rencontrés par Vélib’ et l’apparition rapide et massive de nouvelles offres de trottinettes électriques en free-floating (TFF).

Enjeux

Ces évolutions contextuelles génèrent de multiples nouveaux enjeux pour Cityscoot, notamment en ce qui concerne son insertion dans un paysage d’offres de mobilité urbaine de plus en plus riche et concurrentiel. A travers une enquête auprès d’utilisateurs de Cityscoot menée en avril 2019, cette nouvelle étude réalisée par 6t-bureau de recherche vise trois objectifs :

1) compléter et affiner les connaissances sur :

  • le profil des utilisateurs de Cityscoot ;
  • les déplacements réalisés avec Cityscoot ;
  • les déterminants, ainsi que les freins, à l’utilisation de ce mode par rapport aux autres modes ;
  • les impacts de Cityscoot sur l’équipement en véhicules personnels et les pratiques modales ;

2) comparer le profil et les pratiques de l’ensemble de la clientèle de Cityscoot par rapport à 2017 ;

3) analyser les évolutions des comportements des utilisateurs individuels au fil du temps, depuis 2017.

Méthodologie

Un dispositif quantitatif…

  • Cette étude repose sur une enquête quantitative auprès des utilisateurs de Cityscoot à Paris et en proche banlieue de Paris (Boulogne-Billancourt, Neuilly-sur-Seine, Issy-les-Moulineaux, Levallois-Perret) diffusée par la société Cityscoot à ses clients sur le territoire.
  • L’enquête se présente sous la forme d’un questionnaire en ligne, dont la passation s’est effectuée en trois vagues : jeudi 18, vendredi 19, lundi 22 avril 2019.

… composé d’une enquête transversale

  • L’échantillon obtenu est de 5870 utilisateurs, c’est-à-dire de 5870 répondants ayant réalisé au moins un trajet avec Cityscoot au cours des 12 derniers mois.
  • L’enquête transversale ou « photographique » permet d’analyser précisément les utilisateurs et les utilisations de Cityscoot en 2019. Elle permet aussi une mise en regard avec les résultats de l’enquête 2017, pour appréhender les évolutions concernant l’ensemble de la clientèle.

… et d’une enquête longitudinale

  • 914 répondants avaient déjà répondu à l’enquête en 2017.
  • L’enquête longitudinale permet de suivre l’évolution dans le temps des comportements individuels d’utilisateurs ayant déjà répondu en 2017.

Pour télécharger le rapport (117 pages) et la synthèse :

Merci de compléter le formulaire


Crédit photo : Cityscoot / Stéphane Félicité

Partagez cette publication :